Penser le travail

Le métier de Plein Sens consiste pour beaucoup à explorer celui des autres. Nous investiguons et analysons le contenu et les conditions de leur travail pour accompagner nos commanditaires dans le développement de leurs politiques :

ingénierie de prévention des risques professionnels et psychosociaux, dispositifs participatifs de co-construction des politiques de prévention, espaces de discussion, ingénierie RH (GPEC, absentéisme, égalité professionnelle…)

Le travail n’est pas qu’organisé, il est aussi organisant : les salariés inventent au quotidien des règles, des pratiques, des manières de faire individuelles et collectives pour faire face à la diversité des situations qu’ils rencontrent. Sans ces ajustements, les organisations se gripperaient rapidement, car les règles formelles ne peuvent couvrir l’ensemble des situations possibles et ne suffisent pas à la bonne réalisation du travail.

Pour fonctionner et être performante, l’organisation a intérêt à favoriser l’expression, l’élaboration et le développement de pratiques professionnelles permettant de faire face à l’extrême variété et à la complexité des situations rencontrées.

La Direction des Ressources Humaines, les directions générales et leurs partenaires sont ainsi de plus en plus amenés à considérer les « ressources » dans leurs situations de travail pour définir et rétroagir sur ses politiques. L’observation et l’analyse de ce qui compose et détermine le travail – ses  activités, ses conditions, son organisation, le sens que les salariés y mettent – permet de caractériser finement un poste, un emploi, d’identifier les compétences nécessaires, les contraintes du métier pour définir des politiques et mesures au plus près des réalités des métiers.

Pour que ces politiques « vivent », elles doivent aussi être prises en main (et pas uniquement déclinées) par ceux qu’elles concernent : managers et collaborateurs. Les rendre acteurs et autonomes de l’amélioration de leur situation de travail, animer ces réflexions deviennent une dimension à part entière des missions RH.

Les espaces de discussions sur le travail sont l’un de ces moyens. Dans ces échanges animés par les managers, la controverse et la confrontation des points de vue sur le travail sont encouragées pour apporter des réponses concrètes aux problématiques posées par les équipes et mettre en regard efficacité de l’organisation du travail, qualité des prestations délivrées et qualité de vie au travail.

Plein Sens accompagne ses clients dans la conception, le déploiement et l’animation de leurs politiques RH en repartant du travail réel et de l’activité des salariés.

Nous nous appuyons notamment sur des techniques d’analyse du travail issues de l’ergonomie développées en étroite association avec Laurent Van Belleghem responsable de l’entreprise Realwork et professeur associé au CNAM.

Performance et qualité de vie au travail

Prévention : risques, pénibilité et absentéisme

Identité métier et évolution

Egalité professionnelle

  • Nous accompagnons la mise en place d’un observatoire interne sur la qualité de vie au travail en charge de la prévention des risques professionnels et de l’amélioration de la QVT depuis l’appui à la mise en place de l’instance pluridisciplinaire, l’identification de ses « objets d’étude, » la mise en place de ses moyens d’étude et d’action et la formalisation de ses indicateurs de suivi ;
  • Nous concevons et mettons en place avec les acteurs internes (RH, HSE, IRP, managers) un dispositif participatif récurrent articulant baromètre interne sur la QVT et mise à jour du volet RPS du DUER ;
  • Nous concevons et animons un dispositif propriétaire de « Performance et Qualité de Vie au Travail » (PQVT) de formation auprès de la ligne managériale à l’animation d’atelier avec leurs équipes pour écouter, analyser et agir sur le travail, animation du dispositif et analyse des remontées
  • Nous expérimentons la mise en place d’espaces de discussion sur le travail et en étudions les effets dans une grande entreprise de service public.
  • Nous réalisons des diagnostics de climat social, de la qualité de vie au travail ou encore de prévention des risques psychosociaux dans des situations de changement ou de conflit
  • Nous analysons les causes racines de l’absentéisme, évaluons les impacts de la sinistralité et des inaptitudes
  • Nous concevons un dispositif participatif de simulation des facteurs de pénibilité et de la sinistralité dans le cadre des nouvelles dispositions légales sur la mise en place du compte pénibilité
  • Nous conduisons des études métiers prospectives pour outiller le dialogue social et institutionnel sur les évolutions des professions, notamment pour le secteur du raffinage, pour les entreprises de travail temporaire ;
  • Nous réalisons des études de terrain pour éclairer la réalité des métiers et des enjeux organisationnels des structures : étude qualitative sur le temps de travail des infirmières du secteur hospitalier par exemple
  • Nous appuyons les partenaires sociaux dans la mise en œuvre de la GPEC : analyse de données, étude qualitative et quantitative, définition des référentiels métiers, de compétences, de classifications 
  • Nous réalisons des diagnostics des politiques internes de promotion de l’égalité professionnelle et animons le travail des acteurs pour les concevoir et les adapter
  • Nous étudions les déterminants d’avancement de carrière des femmes dirigeantes, sur la base d’entretiens biographiques longs (rapport public) pour le Centre d’Analyse Stratégique
  • Etude qualitative et quantitative sur la réussite scolaire et professionnelle comparée des filles et des garçons dans l'enseignement agricole, pour le Ministère de l’Agriculture

Faire des politiques RH de véritables politiques du travail : un enjeu posé par le nouveau cadre réglementaire

L’Accord National Interprofessionnel du 19 juin 2013 « Vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle » invite à considérer les déterminants et conditions d’un état général de bien-être des individus dans leur milieu de travail. Il ne s’agit donc plus seulement d’agir de manière défensive en réaction à des formes diverses de mise en danger de la santé physique et morale des individus, mais de faire en sorte que le travail soit en mesure de jouer son rôle d’intégrateur social et de facteur d’épanouissement personnel.

En complément à cette approche, le lieu et le collectif de travail sont appelés, par les politiques de santé publique, à devenir l’un des cadres d’une promotion efficace de pratiques favorables à une meilleure santé des individus, un lieu de déclinaison des grands objectifs des politiques de santé publique. Le cadre professionnel est donc à la fois un déterminant dit environnemental de la santé des personnes, et un lieu de promotion possible de la santé.

Pour Approfondir

Absentéisme et conditions de travail : l’énigme de la présence, Thierry Rousseau, ANACT, 2012

Du silence organisationnel au développement du débat structuré sur le travail : les effets sur la sécurité et sur l’organisation, ROCHA, R.. Thèse de doctorat en ergonomie, Université de Bordeaux. Bordeaux, France, 2014.

Faire face aux exigences du travail contemporain, Pascal Ughetto, Lyon, ANACT, 2007

Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés, Marie Pezé, Pearson Education France, Paris, 2008.

L’engagement dans le travail, Alexandra Bidel,  Paris, PUF, 2011.

La confiance au travail, Laurent Karsenty (coordinateur), Toulouse, Octares, 2013.

Le Choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité, DEJOURS, C,. Bayard Culture, Paris, 2015

Le travail à cœur – pour en finir avec les risques psychosociaux, Yves Clot, Paris, La découverte, 2010.

Qualité de vie et santé au travail, guide pour le management et la négociation des conditions de travail dans la société de l’information, Yves Lasfargue et Pierre Mathevon, Toulouse, Octares, 2008.

Quand discuter, c'est produire... Pour une théorie de l'espace de discussion en situation de gestion, DETCHESSAHAR, M.,. Revue française de gestion. 132, 32-43, 2001

Santé au travail. Quand le management n’est pas le problème, mais la solution…, DETCHESSAHAR, M., Revue française de gestion 2011/5 (n° 214) p. 89-105. Paris, Editions Lavoisier, 2011

Souffrances en France, la banalisation de l’injustice sociale, Christophe Desjours, Paris, PUF, 1999.

« La santé au travail des salariés de plus de 50 ans », in Données sociales- la société française, Insee, édition 2006, p. 543-553.

Quelques références

En partenariat avec Apicil : conception, expérimentation et déploiement d’un programme de santé globale pour les entreprises – « Ambition santé ».

Dispositif complet d’intervention sur la qualité de vie au travail comprenant une enquête réitérée sur la vie au travail, la mise en œuvre d’un baromètre social managérial (300 personnes) en vue du rapprochement avec AG2R La Mondiale, la formation de la ligne managériale sur le thème Qualité de vie au travail et performance sociale pour Réunica.

Etude sur les déterminants d’avancement de carrière des femmes dirigeantes, sur la base d’entretiens biographiques longs (rapport public) pour le Centre d’Analyse Stratégique.

Recherche-action financée par le Fonds National de la Prévention (FNP), sur le rôle et la place de l’encadrement de proximité dans la prévention des risques psychosociaux auprès et avec l’ensemble de la ligne managériale pour Brest métropole.

Diagnostic de climat social auprès d’une équipe de placement familial d’un Conseil Général en conflit : diagnostic et préconisations, puis mise en œuvre des actions retenues.

Par Patrice de Santa Coloma, le 3 octobre 2015.